mercredi 10 avril 2013

Folk Vagabond:la naissance

Je voulais vous parler un peu de la naissance du projet Folk Vagabond.

Folk Vagabond a été conçu à Montréal, et est né en à Calcutta, avant de grandir en France. Les premiers 6 mois de l'année 2011 je me trouve à Montréal pour un stage, et j'y fais la rencontre de deux amis musiciens passionnés.
Le premier, Simon, est harmoniciste et l'on s'est rencontrés au parc Lafontaine, à deux pas de ma collocation de l'époque près de l'avenue Mont Royal. Il est en train de jouer du blues à l'harmonica, assis sur un banc, quand je passe près de lui. J'ai ma guitare sur le dos, alors forcément, c'est un indice. Il me demande si je veux jammer, je lui réponds que oui pourquoi pas. Il me demande si j'aime le blues: je sais déjà qu'on va bien s'entendre.. On commence alors à jammer Big Bill Bronzy style pour lui, Clapton style pour moi, et l'on ne s'arrêtera plus pendant les 6 mois qui suivent, nous retrouvant régulièrement au parc et dans le métro pour chanter et jouer le blues au milieu des passants. Je joue à Simon quelques unes de mes compositions, dont Stand Up Charlie, qui devient instantanément sa préférée. Nous en enregistrerons une démo chez un ami montréalais, qui pose les bases de la version qui se trouve sur l'album Folk Vagabond.
Geoffroy est violoniste, il est stagiaire dans la même boîte que moi et il y a une super entente entre nous. On se  retrouve également pour jammer et je lui joue une autre de mes compos, Songs to set you free, et la magie opère lorsque Geoffroy vient poser du violon dessus. C'est à ce moment là vraiment que germe dans mon esprit l'idée d'enregistrer un album de mes compositions avec la participation de mes différents amis, et je dis à Geoffroy qu'il faudra absolument qu'il vienne enregistrer Songs to set you free lorsque nous serons tous deux de retour en France.

Mais avant cela j'ai une autre escale: Calcutta (qu'on doit désormais appeler Kolkata normalement, mais bon l'habitude!). Je vais y passer les 6 premiers mois de ma dernière année d'études de commerce en échange académique. Je ne m'attends pas à faire beaucoup de musique folk, blues ou rock à Calcutta, je compte plutôt acheter un sitar et en profiter pour apprendre les rudiments de cet étrange instrument. C'est d'ailleurs ce que je fais en compagnie de Paul, un ami musicien rencontré là bas et lui aussi, en échange. Quelques jours après mon arrivée en Inde me voici donc l'heureuse propriétaire d'un magnifique sitar, et je me projette déjà dans les longues heures d' apprentissage que nous allons passer ensemble. C'est sans compter sur le fait que le week end approche et que pour la soirée d'intégration et d'accueil des étudiants en échange, le groupe de reprises rock du campus cherche un guitariste soliste. C'est le début de la fin de ma carrière de sitariste, et le point de départ d'une de mes plus belles aventures humaines et musicales. Je fais la connaissance de Nishad, Arjun, Sam et Ram. La magie opère, en une soirée on devient célèbre, au sein du campus (oui faut pas exagérer quand même), et on devient le groupe Purple Cow. Pour ses trois mois d'existence le groupe Purple Cow connaît une chouette aventure: le campus accueille en effet une compétition genre "la France a un incroyable talent" pour les étudiants indiens. Le campus de l'IIMC a en effet un très bel amphithéâtre et accueille donc la compétition pour la région du Bengale.
Sur la centaine de groupes participant au concours dans toute l'Inde, nous sommes l'un des des deux seuls groupes à avoir un musicien étranger dans nos rangs! Forcément cela se remarque, et en plus on joue à domicile! On franchit les deux premiers rounds éliminatoires regionaux et on se qualifie pour les demi-finales nationales à New Delhi! Chouette aventure! Le seul bémol est que la demi-finale tombe en plein milieu de nos partiels de fin de semestre et il nous faut demander à l'administration du campus un report de passage d'examens pour tous les membres du groupe, sauf moi car par chance je n'ai pas de partiels ce jour là, et c'est tant mieux car cela aurait était beaucoup plus compliqué à reporter étant donné que peu de temps après je prenais à nouveau mon envol.
L'aventure s'arrête aux demi-finales à New Delhi. Faut pas pousser mémé dans les orties non plus, ça finit par se voir qu'on est juste un groupe pour taper le boeuf aux soirées de l'école! Mon exotisme ne suffit plus. Mais que de bons souvenirs et si on m'avait dit que je vivrais une telle expérience en Inde je ne l'aurais sans doute pas cru.

Le temps d'un week end de Novembre, après être allés en taxi en ville avec des amis, j'écris coup sur coup deux chansons: la première Taxi Driver, relate l'expérience inoubliable et camicazo-suicidaire que représente le fait de prendre un taxi dans la jungle urbaine qu'est Calcutta. La seconde, Flower Serenade, parle du marché aux fleurs sous le pont de l'Howrah.
J'ai décidé que de retour en France j'allais sortir un premier album de mes compositions, et je veux enregistrer ces deux chansons sur place avec Paul et Purple Cow. Il ne reste pas beaucoup de temps avant de nous séparer et c'est ce week end ou jamais. Je trouve un studio en plein centre de Calcutta, qui a un créneau de libre ce week end là, de 6h du soir à 6h du matin! Beaucoup de café, et hop c'est parti pour 12 heures d'une folle nuit de musique. On a 3 morceaux à enregistrer et mixer en l'espace de 12h. Votre mission si vous l'acceptez. En plus de Flower Serenade et Taxi Driver, on enregistre Purple Cow, single éponyme du groupe composé pour le concours.
Vers 5h30 du matin l'ingé son nous réveille pour nous dire qu'il à terminé le mix et nous faire écouter. Nous étions tous endormis dans le studio, allongés par terre, dans le divan, sur la chaise... A peine alertes et pas encore franchement réveillés il nous fait écouter. On n'est pas en état du juger, on trouve ça génial, et nous repartons avec notre copie des trois titres sous le bras. Après un réécoute plus lucide dans la journée nous y retournerons toutefois le soir pour apporter quelques corrections au mix, mais nous sommes très contents du résultat!

Quelques mois plus tard, de retour en France, je contacte mon ami Mike à Fourmies pour enregistrer le reste de l'album dans son home studio. Je lui apporte des pistes enregistrées à droite à gauche, dans ma chambre, à Montréal, et j'invite mes amis Geoffroy rencontré à Montréal et Gérard, ami Lillois de longue date et excellent percussionniste, à participer à l'enregistrement de cet album. Goeffroy enregistrera le violon de Songs to set you Free, et avec Gérard nous enregistrerons le live Back to the roots, ainsi que Present Forever to last. Mike, en plus d'enregistrer participera à l'arrangement de nombreux morceaux de l'album.

De prises à droite et à gauche, de rencontres aux 4 coins du globe, d'une inspiration musicales puisée en de lointaines contrées, l'album Folk Vagabond est ainsi né.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire